Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:16

Comment est-ce possible qu’un Maire ait pu « passer à l’acte », et, tenter de « débarquer » (SO du 25 Avril 2013) Jean-Luc Flipo, Adjoint au Maire communiste à CARBON BLANC ?

Un Maire, tout court : c'est-à-dire se pensant fort d’un pouvoir qui, s’il n’est pas régulé par un contrepouvoir démocratique, penche vers l’excès de pouvoir, tout simplement. La démocratie n’est pas vaccinée contre cette dérive. Quand est-ce qu’arrive ce genre de risque comportemental ? N’est-ce pas quand on veut avancer à tout prix, dans une injonction de type « pensée unique », au mépris de tout avis autre ? Au mépris des électeurs.

Un Maire socialiste : c'est-à-dire engagé avec le PCF comme majorité municipale de gauche. Pour les électeurs du PCF c'est aussi un mépris de leurs votes. Les différentes publications explicitent les analyses et les choix des communistes carbonblanais, et des élus communistes et apparentée en Conseil Municipal, travail préparé en commun : Le conseil municipal de Carbon-Blanc réuni le 28 mars 2013 a adopté à la majorité l’augmentation des impôts locaux et le budget prévisionnel 2013. Les élus communistes ont voté contre l’augmentation des taux des trois taxes et en toute logique, se sont abstenus sur le budget. Nous avons voté contre une augmentation de 1% du taux des taxes : Parce que nous considérons que l'équilibre du budget ne nécessite pas d'ajouter de la pression fiscale sur les familles, pression fiscale déjà aggravée par l'augmentation des bases de 1,80 %. Parce que rien de comptable ne le justifie, si ce n'est une volonté affirmée de compenser et d’anticiper les réductions des dotations de l’Etat (moins 59 000 depuis 2010, réductions qui seront aggravée en 2014 et 2015). Le gouvernement d’aujourd’hui perpétue et accentue le désengagement de l’Etat à l’égard des collectivités locales.

Qu’on ne s’y trompe pas, la nouvelle élection à l’unanimité par le Conseil Municipal du 25 avril, (défaisant l’intention de l’Arrêté du 18 Avril, dans l’attente du nouveau texte confirmant le poste d’Adjoint, avec Délégation), est bien à mettre en relation avec le travail de l’élu du peuple Jean-Luc FLIPO : depuis bientôt 30 ans il est conseiller municipal communiste. Comme il le précise, « c’est très progressivement que ma délégation d’Adjoint, s’est construite ». Si c’est le motif de l’abstention sur les nouveaux rythmes scolaires qui a été évoqué, qui est dupe ? C’est bien plus, il nous semble, la difficile vie démocratique dans un partenariat conflictuel de gauche au service de tous. Car « l'apport des communistes à la vie démocratique locale s’inscrit dans le débat normal entre les partenaires de la majorité municipale. Nous considérons également que la vie locale est impactée par la situation politique nationale, européenne, mondiale. C’était vrai sous Sarkozy, au moment de notre élection en 2007. C’est toujours vrai aujourd’hui », comme Jean-Luc FLIPO l’a rappelé avant le vote le restituant Adjoint au Maire avec Délégation.

En lien avec cet évènement, nous sommes témoins que, « oser penser par soi-même », en se reliant à d’autres, pour penser et agir collectivement est une aspiration universelle. C’est à mon avis une des clés du succès remporté « ensemble » avec d’autres citoyens : bénéficier de la « faveur du peuple » se construit dans une longue fidélité inventive.  Nous remercions le soutien fort des communistes (amis, adhérents, responsables et élus), leur écoute attentive, leur action efficiente dans tout le département, leur présence à nos côtés, en camarades.

Marithou FLIPO, 

Adhérente de la cellule PCF de Carbon-Blanc

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:13

Elus PCF et apparentée de Carbon-Blanc

Déclaration de Jean-Luc FLIPO au conseil municipal du 25 avril 2013

 

Concernant les faits en rapport avec l’Arrêté du 18 Avril 2013

Les choses ont évolué depuis l’Arrêté de retrait de ma délégation d’adjoint à la Politique Jeunesse, Médiation/Prévention, Politique Intercommunale de prévention, CLSH, Contrat enfance, Dynamique intergénérationnelle.

Je suis élu dans cette commune depuis bientôt 30 ans. Et c’est très progressivement que ma délégation d’Adjoint, s’est construite.

A chaque fois qu’entre PCF et PS un accord a été conclu pour construire une liste, c’est en sachant que nous ne pensons pas pareil sur tout ! Toujours nous avons exprimé les nuances, ou les désaccords, concernant notre analyse et motivant nos choix. Régulièrement nous rappelons qu’au sein de la majorité municipale il y a un groupe PCF et apparentée, avec une opinion spécifique.

Lors du Conseil Municipal du 28 mars, nous nous sommes abstenus sur la date de mise en place des rythmes scolaires en 2013. Nous avons suggéré que ce projet soit reporté à la rentrée 2014,  – choix, soit-dit  en passant qui a été partagé par plus de 80 % des communes dans le pays et 76% en Gironde.

Pour autant, nous avons aussi dit que nous prenions « acte du choix de la municipalité » et  que le groupe communiste « sera toujours disponible pour apporter sa contribution dans la mise en place des nouveaux rythmes scolaires ». Nous avons souhaité « également que le démarrage de ce dispositif se passe au mieux et  que le groupe puisse participer au travail qui reste à faire, notamment aux réunions déjà programmées ».

Motiver ce qu’il fallait bien appeler une sanction à notre égard parce que nous nous sommes abstenus sur une date aurait été une injustice. Le bon sens a prévalu. Nous prenons au positif la proposition nouvelle du Maire de revenir sur son Arrêté de retrait et de me restituer une Délégation significative et cohérente avec les engagements pris et tenus depuis 2007.

Concernant le fond

Constamment, nous œuvrons pour que tous les processus de la vie, locale soient au cœur du débat démocratique en apportant dans tous les cas les nuances de notre sensibilité.

Nous considérons que l'apport des communistes à la vie démocratique locale s’inscrit dans le débat normal entre les partenaires de la majorité municipale. Nous considérons également que la vie locale est impactée par la situation politique nationale, européenne, mondiale. C’était vrai sous Sarkozy, au moment de notre élection en 2007. C’est toujours vrai aujourd’hui.

Les choix faits au plan national par le gouvernement Hollande, induisent l'austérité dans les collectivités territoriales.

Les projets à mettre en œuvre, n'ont-ils pas besoin de débats démocratiques intégrant les différences pour construire la réflexion commune ? Les communistes ont des propositions et font des choix. Minoritaires sur une liste d’union, on ne peut exiger d’eux qu’ils deviennent prisonniers d’une pensée unique, et interdits d’expression publique concernant les décisions gouvernementales, en particulier dans leurs déclinaisons communales. Ce serait contraire à la démocratie.

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:12

chomageLe nombre de demandeurs d'emploi sans activité en métropole a bondi en mars pour atteindre un pic historique, avec 3,224 millions d'inscrits (+36.900 en un mois).  
En incluant les demandeurs d'emploi ayant eu une activité réduite, le nombre d'inscrits à Pôle emploi en métropole atteint 4,74 millions (+34.400 en mars).Mars 2013 est le 23e mois consécutif de hausse. Sont encore particulièrement touchés les plus de 50 ans ainsi que les jeunes de moins de 25 ans.

Utiliser le mot record comme le fait le plus souvent la presse est indigne. Le chômage n’est pas une discipline sportive. 3 224 000  chômeurs, ce n’est pas un record, c’est un désastre national, notamment industriel. C’est un drame humain pour des centaines de milliers de familles.

La boite à outils gouvernementale condamne la politique de l'emploi à l'échec. Il faut arrêter ce bricolage désastreux à coup de baisses du « coût du travail », d'allègements d'impôts sur les sociétés, de renforcement de la monarchie patronale à l'entreprise, de reculs de la sécurité de l'emploi pour les salariés et rationnements des services publics. Cette politique est incapable de faire baisser le chômage. Elle encourage la croissance financière des capitaux et la rente contre l'emploi, la formation, les salaires et la croissance réelle. Vite d’autre choix.

    

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:09

5 mai à paris

Alors que le gouvernement est déterminer à maintenir le cap sur l’austérité et face à la crise politique ouverte par l’affaire Cahuzac, le Front de gauche se mobilise et propose à toutes 6republiqueles forces et les personnes qui ont voulu le changement en mai 2012 et plus largement au peuple, de participer à une grande marche citoyenne, contre la finance et l'austérité  et pour la 6ème République, le 5 mai à Paris, place de la Bastille.  

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 14:35

Le 1er mai est une création ouvrière française

La vérité historique est celle-là : le 1er  mai est une invention française et ouvrière, initiéfourmies 1891e par Raymond Lavigne, en octobre 1888, au congrès des syndicats tenu au Bouscat et décidée en juillet 1889, au congrès ouvrier international de Paris. Ce jour ne doit pas être dévoyé. Il n’est pas un « simple jour de fête », il n’est pas la « fête du travail de Pétain ».

Il est la  « journée internationale de luttes des travailleurs », souvent payée au prix du sang telles les fusillades de Fourmies le 1er mai 1891.

1er  mai 2013 :

Contre l'austérité, pour l'emploi et le progrès social !

Pour se faire entendre sur les priorités sociales, la défense des droits fondamentaux et des libertés, revendiquer la paix dans le monde, combattre la xénophobie et le racisme, véritables armes de division des salariés.

brin de lespoir pcf 1er maiRassemblement 9h30 Place de la République à Bordeaux - Départ à 10h30

Parcours : République, Gambetta, Intendance, Esprits des Lois, quai Louis XVIII,  Victor Hugo, Victoire.

Rendez-vous autour du camion-sono du PCF

  Muguet du PCF et vignettes pour soutenir la Fête de l'Humanité,

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:51

Branle-bas de combat sur la déclaration des patrimoines mais l’urgence est-elle là ?

C’est une mascarade croquignolesque qui s’empare de nos « élites politiques ». C’est à qui mieux mieux. Pourtant, le problème n’est pas dans la déclaration des patrimoines. Elle existe déjà, mais encore faut-il qu’elle soit contrôlée, sinon, c’est du pipeau.

Où est l’intérêt de savoir que Laurent Wauquiez est un gros dépensier à qui l’indemnité de député-maire ne permet même pas de se constituer un peu d’épargne.

Où est l’intérêt d’apprendre que Montebourg possède un petit appartement occupée par sa maman, que Filippetti n’a presque rien mais évoque un tee-shirt de David Beckham. C’est du méli-mélo.

Conclusion, le problème  est ailleurs et notamment dans les conflits d’intérêts. C’est là qu’il faut des règles très strictes, tout comme il est urgent et ultra-prioritaire de s’attaquer avec courage et fermeté à la fraude fiscale et à l’évasion fiscale avec des actes forts et tout de suite.

Le prédateur, c’est le Caïman.

x_3dbd1ac0 photo x_3dbd1ac0_zps8da29a54.gif

 

Il se lèche les babines et il y a de quoi. Pour la France, cela se chiffre entre 40 et 50 milliards d’euros par an. Pour l’Europe, c’est la bagatelle de 1000 milliards. Il y a là de quoi résorber les déficits et les dettes légitimes en quelques années sans passer par la case Austérité pour les peuples.

Les dirigeant du Gouvernement découvrent l’eau chaude et font des effets d’annonce alors qu’il n’y a souvent qu’à appliquer les textes qui existent ou à mettre en mouvement les décisions retenues par les parlementaires.

En juillet dernier, Alain Bocquet, sénateur communiste, rapporteur de la commission d’enquête diligentée par le Sénat sur l’évasion des capitaux et la fraude fiscale, proposait 61 pistes pour combattre le fléau et ramener dans le budget de l’état les milliards qui lui manque pour niveler les déficits et alimenter les robinets pour la croissance. Peine perdue, les évadés fiscaux et les fraudeurs ont toujours un coup d’avance. La trop grande proximité entre le monde politique libéra le monde patronal et le monde de la finance en est la raison essentielle.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:42

La fin du cumul des mandats, c’est 2017.  C’est quatre ans de gagnés pour les rentiers du cumul.

Pourquoi seraient-ils pressés  de mettre fin à leur addiction à la confiture?  Derrière le cumul des mandats, se cache le cumul des pouvoirs avec ses réseaux de bénéficiaires courtisans. Derrière le cumul des mandats et des pouvoirs se camoufle le cumul des indemnités. Même plafonnées, les indemnités cumulées sont des revenus  confortables comparés au salaire moyen, aux smicards et aux retraités, sans parler de la comparaison avec les milliers de bénévoles associatifs et syndicaux. La seule chose que les militants syndicaux cumulent, ceux sont les désagréments dans leur vie professionnelle : blocage de la rémunération et du déroulement de carrière professionnel, sanctions pour activité syndicale jusqu’au licenciement.     

Vite, une république exemplaire ? J’ai envie d’y croire même si j’ai du mal à comprendre pourquoi des millions d’électeurs hostiles au cumul des mandats, des pouvoirs et des indemnités votent massivement pour des cumulards. Feraient-ils partie de ceux qui disent « si j’étais à leur place, je ferais pareil ».

Auquel cas, il y a peu de solutions mais je ne m’y résous pas.

De plus, je suis assez fier de savoir que les élu(e)s communistes ont des règles de conduite, fier de savoir qu’ils ou elles ne tirent pas de revenus supplémentaires de leur mandat. (Article 15.2 des statuts du Pcf).

Indépendamment de leur cotisation d’adhérent-es, elles et ils prennent l’engagement de reverser leurs indemnités au parti : à l’association nationale de financement pour les parlementaires, aux associations départementales de financement pour les élus territoriaux ou locaux.

Par cette cotisation d’élu-e, les élu-e-s communistes participent ainsi à la mutualisation des moyens sur le territoire concerné.

Le Parti contribue à leur assurer les moyens nécessaires à l’exercice de leur mandat, après débat avec les intéressé-e-s. Si elles ou ils doivent réduire ou suspendre leur activité professionnelle, elles et ils conservent une indemnité compensatrice – établie en toute clarté avec les instances concernées.

  Michel Becerro, Carbon-Blanc, 12 avril 2014   

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:30

Le 11 janvier dernier, le Medef, la Cfdt, le Cftc et la Cgc ont signé un accord donnant des avantages considérables aux entreprises au détriment des garanties individuelles et collectives des salarié-es facilitant les baisses de salaires, la mobilité, les licenciements et les recours pour y faire face. En fait, c’est une flexibilité tout bénef pour le Medef et une casse considérable du Code du Travail et accords collectifs visant à protéger les salariés.  

Ce texte vient d’être examiné pendant cinq jours par l’Assemblée Nationale. Le Gouvernement souhaitait le voir retranscrit à l’identique dans la loi avant l’été, donnant ainsi satisfaction aux signataires, Medef en tête.

C’est malheureusement chose faite, hormis quelques « améliorations » à la marge.

Les députés communistes/Front de gauche, qui ont mené une longue bataille contre ce texte, ont voté contre.

Les groupes de droite UMP et 'UDI (centriste) se sont abstenus. En s'abstenant, la droite apporte un soutien massif au Medef et un soutien passif au PS.

Le groupe écologiste s’est également abstenu, ouvrant une brèche dans la majorité sur ce texte important.

Seuls les députés de la majorité gouvernementale  PS et radicaux de gauche ont voté pour.

   

vote ani   

 

  Résultats complets (source Assemblée nationale) 

    Détail des votes

Groupe Socialiste : 293 députés - Pour 236 - Contre 6 - Abstentions 35 - Absents 15

Groupe radical : 16 députés - Pour 13 - Abstentions 3

 

Vote des 12 députés de Gironde

Parti socialiste : 10 – Pour 7 (Doucet, Feltesse, Lacuey, Got, Boudié, Plisson, Faure)

Absents lors du vote 3 (Recalde, Rousset, Savary)

Vert : 1 Abstention (Mamère)

Ump : 1 Abstention (Foulon)

      

Arithmétiquement, ce texte n’est pas soutenu par une majorité parlementaire, puisque voté par 250 députés sur 577.

La lutte continue, notamment au Sénat qui l'examinera à partir du 17 avril. Le gouvernement ayant décidé d'utiliser la procédure accélérée, une commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat sera convoquée dès que le Sénat se sera prononcé afin de mettre au point un texte commun aux deux assemblées, l'objectif du Gouvernement étant de voir s'appliquer cet accord dès la mi-mai.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:02

Et si nos ancêtre citoyens de 1871 avaient vu juste.  affiche election commune   

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:01

Toute ressemblance avec des personnages et/ou des évènements actuels ne serait que pure coïncidence.

jean gabin le président bis

Partager cet article
Repost0