Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 15:49

 

Depuis lundi 24 mars, quelques propos répandus laissent entendre que la défaite de la municipalité sortante serait la faute des communistes.

 

Un examen rapide de la situation à Carbon-blanc écarte toute responsabilité des communistes dans  l’échec de la liste PS et Verts. Même en additionnant les 457 voix de la liste* A Gauche Autrement (et sous réserve qu'elles se reportent toutes)   avec celles de Nicolas Madrelle,  1 096 soit un total de 1 553, cela ne suffit pas pour battre les 1 638 voix de la liste Alain Turby.

 

Alors, il faut chercher les causes ailleurs, par exemple, dans la politique locale et nationale. Ensuite, il faut admettre que personne n’est propriétaire des voix. Se dire que personne ne peut faire un copier-coller  des 457 suffrages Aga  en faveur de quiconque. S’interroger pourquoi les 2 460 voix de la liste socialiste de 2008 ont chuté à 1 096 pour la liste socialiste de 2014. Et pourquoi, près de 1 000 d’entre elles ont migré sur la liste de « droite ».

 

Et pourquoi, le nombre d’abstentions passe de 1 797 en 2008 à 2 026 en 2014 et le nombre de bulletins blancs et nuls, passe de 160 à 209 ?

 

Et mieux, il sera répondu à ces questions, meilleur sera le débat pour construire les solutions, débat dans lequel les communistes continueront de s’exprimer.

 

   * Précision: la liste A gauche autrement n’est pas une liste du Pcf. Il faut se faire à l’idée qu’elle est une liste de citoyens résolument de gauche parmi lesquels il y a des communistes carbonblannais.  

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 15:47

La Liste A gauche autrement dans laquelle les communistes carbonblannais se sont investis a obtenu un résultat plus qu’honorable.

En obtenant 457 voix, 14,32 % et deux élus, cette liste citoyenne a permis à 457 électeurs de pouvoir voter résolument à gauche et pour une gauche autrement.  

Reste le coup de tonnerre que constitue la défaite de la majorité socialiste sortante et le passage au premier tour de la liste Turby à la couleur politique inavouée (à ce jour) mais que nous ne tarderons pas à découvrir pour ce qu'elle est vraiment, c'est-à-dire droitière.

Certes, tout au long de la campagne,  nombreux étaient les contacts avec les gens, montrant que le ras le bol était profond. Mais difficile d'imaginer que les 2 460 voix, 77,68 % de suffrages, obtenus par Franck Maurras en 2008, allaient se réduire comme peau de chagrin pour tomber à 1 096 voix, 34,35 % pour Nicolas Madrelle. La chute !!!  .

Il faut donc admettre que tous les éléments de défaite étaient réunis.

Au niveau local, l'hégémonie socialiste, à l'égard de ceux qui osent exprimer publiquement un avis différent, a été sanctionnée, ainsi que l’absence d’écoute des collectifs citoyens. La démission de l’ancien maire, suivie de l'opération prise du poste de maire, a généré un malaise politique réel, un rejet. Tout cela, c'est du lourd qui laisse des traces.

Et, il y a aussi le niveau national : l'absence de réponses politiques aux besoins sociaux, les renoncements successifs du gouvernement, les engagements  non tenus, l’abandon du peuple de gauche, les câlins au Medef, les affaires politico-financières qui alimentent le tous pourris et donnent le dégout, les attaques contre les finances publiques et les collectivités territoriales qui pourraient mettre à mal les services publics de proximité. N’en jetez plus !!!

Vraiment, en mai 2012, nous n’avons pas chassé Sarkozy du pouvoir pour ça !

Voilà pourquoi les communistes considèrent que les communes peuvent et doivent être des îlots  de résistance à l’austérité d’où qu’elle vienne, de droite ou de gauche.

Voilà pourquoi ils exigent un changement de politique du PS et c’est Urgent.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 15:18
Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 21:30

Au lendemain de ce premier tour des élections municipales, en Gironde comme dans le pays, la gauche subit un revers notable. L’abstention, la droite et l’extrême droite font une sérieuse poussée.

Pour nous, les politiques d’austérité aux ordres du Medef, menées par le gouvernement, ont été lourdement sanctionnées par les citoyens. Ces politiques ont conduit notre pays, notre peuple, la gauche au bord du précipice, alors qu’il y a moins de deux ans notre peuple avait chassé Sarkozy avec l’espoir que les choses changent.

Cette situation est grave et sérieuse. Elle appelle à une rupture avec les logiques libérales, en premier lieu en arrêtant le pacte de responsabilité.

D’ores et déjà dans notre département, de nombreuses villes de gauche ont basculé à droite au premier tour. C’est le cas d’Artigues, Ambès, Carbon-Blanc, le Taillan, Saint-Ciers, Salles. La droite a déjà quasiment reconquis la CUB.

Ce sont de mauvaises nouvelles pour nos concitoyens qui subissent déjà les politiques d’austérité et qui devront, en plus, endurer des politiques de droite localement. Ce sera moins de service public et des hausses de tarifs comme le revendique Juppé pour les transports, moins de logements sociaux.

Pour le PCF, tout doit être fait pour le rassemblement des forces de gauche dans la perspective du deuxième tour dimanche prochain afin de battre la droite, pour l’empêcher de remporter de nouvelles villes.

Mais au-delà de ces élections, notre peuple devra se rassembler pour mettre en échec les politiques d’austérité. La marche du 12 avril sera le moment du sursaut d’une gauche de combat, d’une gauche qui ne renonce pas face aux injonctions du Medef et des marchés financiers. Nous ferons tous les gestes pour que notre peuple, la gauche dans son ensemble, se rassemble sur des contenus forts en rupture avec les politiques menées aujourd’hui, pour répondre aux attentes sociales et écologiques fortes.

Nous notons d’ailleurs avec satisfaction les bons résultats des listes Front de Gauche auxquelles nous participions dans le département, à l’exception regrettable de Bordeaux, malgré une campagne de qualité. Le PCF peut d’ailleurs se féliciter de conserver ou gagner 94 villes dès le premier tour. C’est d’ailleurs le cas de nos amis Stéphane Denoyelle à Saint Pierre d’Aurillac et Pierre Augey à Fargues, ainsi que Lionel Chollon à Loupiac et Raymond Rodriguez à Gauriac notamment.

Nous tenons à saluer l'élection de nombreux élus communistes. Ils et elles seront des élus utiles à la population, des élus contre l'austérité qui porteront des politiques répondant aux besoins et aspirations populaires.

Nous saluons les nombreux militants, les citoyennes et les citoyens qui, au cours de cette campagne, se sont engagés avec nous pour que le fait communal demeure dans notre pays le premier échelon démocratique, le premier niveau d'organisation des solidarités, des services publics, des espaces créatifs pour des solutions concrètes aux problèmes du quotidien.

Il s’agit maintenant de battre la droite et l’extrême droite partout où c’est possible.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:26
Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 13:53

Dans l’éditorial de présentation de son projet municipal, Nicolas Madrelle écrit :

 

 

 

 

 

 

Ainsi, il y aurait une baisse sévère des ressources, sans autres précisions. Est-ce que par chance ou miracle,  les carbonblannais (avec deux n) vont voir leurs impôts locaux diminués.  Non, alors, une question s’impose : d’où vient cette baisse sévère des ressources ?

Nicolas Madrelle connait la réponse. En tant que maire, il est abonné à la revue des maires de France et en tant que socialiste, il fréquente les élus PS députés et sénateurs, au moins du département de la Gironde.

La réponse est celle-ci. Il y a une baisse sévère des ressources des collectivités locales parce que le gouvernement socialiste l’a imposée et que les députés socialistes l’ont entérinée à l’assemblée nationale (voir ci-dessous).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Est-ce que le pillage des ressources locales publiques est terminé. La réponse est NON. Le gouvernement socialiste doit trouver les 50 milliards d’euros qu’il offre au patronat et aux actionnaires à travers les pactes de compétitivité et de responsabilité, passés entre Hollande et le Medef.

D’accord, ce n’est pas facile à dire par un socialiste local mais la vérité est là. La casse des services publics et du financement des collectivités locales, décidée au plus haut sommet de l’Etat, est à l’ordre du jour (voir  ci-dessous).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La presse financière le sait et l’écrit (voir  ci-dessous).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les communistes, la commune doit être un rempart contre l’austérité et un lieu de résistances au plus près des citoyens. Cela induit que les élus locaux doivent combattre les mauvais coups d’où qu’ils viennent.  

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 10:37

c'est la lutte finale copie

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 10:31

retraites-compleLes pensions complémentaires vont être gelées pour l'année 2014 répondant ainsi à une exigence du patronat. Une fois de plus, c'est dans la poche des plus fragiles que l'on pioche de façon éhontée. Curieusement, la rigueur ce n'est jamais pour Monsieur Gattaz et ces amis patrons. Ceux-ci bénéficient de toutes les largesses gouvernementales, en témoigne le pacte de responsabilité qui ne créera pas d'emplois mais qui remplira les caisses du patronat et grossira les dividendes des actionnaires.

 

Mon ennemi, c’est la finance, disait le candidat Hollande, dans son discours du Bourget le 22 janvier 2012. Mensonge ou amnésie ???  

Ce gel des pensions va entraîner une nouvelle baisse du pouvoir d'achat qui s'ajoute à une des dispositions de la loi de janvier 2014 qui reporte au 1er  octobre la revalorisation des pensions des régimes de base.

C'est un nouveau recul social. Le PCF réaffirme ses propositions pour une revalorisation immédiate des pensions de retraite. Il est inacceptable que le pouvoir d'achat des retraités soit encore amputé. Les retraités ne doivent être pris en otages. Il faut d'urgence en finir avec l'austérité. C'est le sens du soutien des communistes à l’action syndicale du mardi 18 mars 11h30 place de la République à Bordeaux et de notre appel pour la marche du 12 avril.

 

Tous ensemble, tous ensemble...

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 14:25

souriezOn le sentait venir. C’est arrivé de façon insidieuse. Déjà en novembre dernier, le maire de Carbon-blanc se déclarait favorable à la présence de caméras de surveillance dans la commune. Jeudi 27 février, au dernier conseil municipal de la mandature, il en  a fait voter le principe, au travers d’une convention communale passée avec la préfecture.

En l’absence des deux élus de droite (dont il aurait été intéressant de savoir quels auraient été leurs votes), tous les élus du groupe socialiste ont approuvé. Seuls les communistes s’y sont opposés et ont confirmé leurs positions.

Ils  approuvent tous les moyens de prévention mais ils ne sont pas demandeurs de caméras de surveillance. Ils ne veulent pas d’une société mise sous contrôle,  dans tous les coins du ciel, à tous les coins de route, à tous les coins de rue.

imagesOO93OK25

Principe fondamental des libertés individuelles dans une société démocratique : là où la surveillance arrive ou augmente, la liberté s’en va ou se réduit. Elle ouvre la porte à tous les travers. Déjà des municipalités utilisent la vidéo-surveillance pour assurer la vidéo verbalisation pour renflouer les caisses de leur commune avec le but de faire du fric.

Le paradoxe est, qu’au cours de ce conseil municipal, un adjoint annonce que la délinquance est en baisse à Carbon-Blanc en 2013 avec 63 délits (-11%) (-44% depuis 2011). Alors, c’est quoi ce délire ? Alors, c’est quoi le but ?

Conclusion : pas de précipitation. Place au débat. La campagne électorale des municipales bat son plein. Les listes en présence affirment, toutes, leur soif de démocratie et de consultation des citoyens. Chiche.

Les communistes proposent que rien ne soit fait sans débat démocratique avec la population : assemblée publique, rencontres contradictoires, jury citoyen et s’il faut, organiser une, consultation électorale.

ooooo

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 14:18

clara zetkin copieRévolutionnaire allemande, responsable du Parti social-démocrate puis dirigeante du nouveau Parti communiste d’Allemagne peu après sa fondation, Clara Zetkin a toujours associé la cause des femmes à celle du socialisme.

Née en 1857, près de Leipzig, dans une famille d’instituteurs admirant la Révolution française, Clara Eisner devient à son tour enseignante. Mais son ralliement précoce aux idées socialistes (elle adhère en 1881 au Parti social-démocrate nouvellement créé), sous l’influence notamment du marxiste russe Ossip Zetkin dont elle porte désormais le nom, l’oblige à quitter l’enseignement et l’Allemagne bismarckienne. A Zurich puis à Paris, le couple survit par des petits travaux de traduction, et fréquente les milieux socialistes et Louise Michel. Au congrès fondateur de l’Internationale socialiste en 1889, elle présente un rapport sur les femmes travailleuses, qui réclame la complète égalité sociale et professionnelle.

Veuve d’Ossip, elle rentre en Allemagne et s’établit à Stuttgart où le droit d’association et de réunion est reconnu aux femmes. Hostile au féminisme bourgeois, elle milite au Parti social-démocrate et fonde en 1892 le journal Gleicheit (L’Égalité), qui avec plus de 120 000 exemplaires est pour longtemps le plus important journal féminin au monde. A la tête du secrétariat international des femmes au sein du mouvement socialiste depuis 1907, elle fait adopter en 1910 l’organisation chaque 8 mars d’une journée internationale des femmes.

Liée de longue date à Rosa Luxemburg, elle s’oppose en 1914 à la guerre, et organise en 1915 à Berne une conférence internationale des femmes qui dénonce le conflit mondial. Emprisonnée à deux reprises, libérée pour raisons de santé, elle reprend ses activités et participe à la fondation du groupe Spartakus (1916) puis du Parti social-démocrate indépendant (1917).

Admiratrice de la Révolution russe, elle rallie en 1919 le jeune Parti communiste dont elle devient une dirigeante, et en 1920 députée. C’est elle qui, venue clandestinement, en décembre 1920, à Tours, exhorte les socialistes français à rejoindre l’Internationale communiste. Dirigeant le secrétariat féminin de l‘Internationale, elle marque par ailleurs ses réticences devant les orientations du Parti communiste allemand. Elle préside alors le Secours Rouge, mais son état de santé l’oblige à restreindre ses activités et à demeurer souvent en URSS. Doyenne d’âge du Reichstag élu en 1932, elle prononce alors un réquisitoire contre le nazisme et appelle à l’union de toutes les forces socialistes contre Hitler…. Elle meurt peu après à Moscou en juin 1933.

Article réalisé à partir des sources du Maitron - mb

Partager cet article
Repost0