Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:27

Engagé dans la campagne, seul ou avec leurs partenaires du Front de gauche, les résultats électoraux font apparaitre une légère progression

Au niveau national : 9,4 % soit un peu mieux qu’en 2008 (8,7) et qu’en 2011 (8,9)

Au niveau de la Gironde : 42 237 voix, 8,3% soit un léger mieux + 3000 voix et + 0,6% Cela ne suffit pour conserver leurs trois élus, malgré leurs scores plus qu’honorables dans leurs nouveaux cantons respectifs. Le redécoupage, proche du charcutage ne les favorisait pas. L’exemple de Bègles est interrogatif, Cette ville a  été coupée en deux. Le hasard, surement !

La démocratie électorale en vigueur a mauvais gout.

Les 42 237 voix et 8,3% obtenus par le Pcf/Fdg ne seront pas représentés dans la gauche du conseil départemental mais les 165 481 voix (- 40 000) et 32,51% (-8,42%) recueillis par le Ps y seront surreprésentés par 41 élus. Les 3 verts élus ne devront leur présence qu’à leur union à la carte avec le Ps.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:21

En 2012, le Ps avait tout pour réussir et « faire du socialisme » La majorité des sénateurs, la présidence de la république, un gouvernement socialiste, la majorité absolue à l’assemblée nationale, 21 régions sur 22, la majorité des communes de plus de 9000 habitants, 60 % ces conseils généraux.

Trois ans après, l’abandon des engagements de campagne présidentielle et du pacte passé avec les électeurs, a un résultat sans appel. Bilan : Défaite des municipales, catastrophe des européennes, déroute des départementales.

Que sera la suite ? Tout dépend. ! Des dirigeants politiques, certes mais aussi du peuple.

Faut-il le redire ! Que tous ceux qui considèrent que la politique nationale du PS envoie le pays dans le mur, ne désespèrent pas et transforment leur déception, dégout et colère en mobilisation au quotidien et non en résignation.

Une autre politique économique et sociale que le libéralisme est possible. Que chacun se positionne dans la lutte au quotidien pour rendre aux valeurs de gauche progressiste ses lettres de noblesse et pour reconstruire l’espoir.

Communistes et partenaires du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l'impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes progressistes peuvent y contribuer.

L’actualité va nous rattraper avec notamment le retour de la loi Macron au Sénat à partir du 7 avril. La mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle annoncée pour le 9 avril, donne l’occasion de se retrouver dans l’action très vite. Les communistes en seront.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:11

Il ne faut pas tourner autour du pot : c’est la Bérézina

Le parti socialiste subit une déroute nationale impactant toute la gauche, mise  sans distinction, dans le même sac.

Les socialistes perdent des électeurs, des élus, des cantons des départements et des gouvernances. Quand, dans quelques endroits, ils résistent,  ils le font en reculant et en perdant une grande partie de l’électorat.

Mais, bien entendu, ils ne sont pas responsables, comme s’il avait une capacité génétique à trouver chez les autres les causes de leur propre échec.

Hollande, Valls, la direction nationale du PS, mettent la déroute sur le compte de la division de la gauche. L’argument est trop rapidement asséné  et trop facile. Et pas avéré du tout.

Prenons l’exemple proche de nous du canton de la Presqu’île.

En 2004 : Ps, Pcf et verts se présentent séparés. Seul, le Ps recueille 54 % dès le  premier tour. Ps élu.

En 2011 : Ps, Pcf et verts se présentent séparés. Seul, le Ps recueille 53 % dès le  premier tour. Ps élu.

En 2015 : Ps et verts se présentent ensemble et Pcf séparé. Allié au Verts, le Ps recueille  32 % au premier tour et 48% au second tour. Ps battu malgré l’union. C’est donc l’électorat qui n’a pas été au rendez-vous.

Donc, il faut chercher ailleurs

Cet ailleurs, il est dans le rejet de la politique économique et sociale du gouvernement Hollande et Valls soutenu par le parti socialiste et la  grande majorité de ses élus, députés et sénateurs.

A force de voir valider les options libérales qui satisfont les milieux financiers et voir se déliter la vocation sociale et progressiste de la gauche, l’électorat se fâche, s’éloigne, au mieux se réfugie dans la résignation et l’abstention, au pire, dérive, loin de ses intérêts, vers la droite et l’extrême droite.

Et Valls ressort l’épouvantail qui rappelle la campagne d’affichage socialiste de 1985

Au secours la droite revient

Ce n’est pas un bon présage car les législatives qui ont suivi en 1986 ont été une déroute pour le Ps et la gauche par extension.

La claque
Partager cet article
Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 16:53

Les candidats PCF - FDG et les communistes du canton de la Presqu’île remercient les 1285 électeurs qui leur ont apporté leurs suffrages. Par ce vote, ils ont exprimé leur désir d'un département hors austérité, au plus près de leurs préoccupations quotidiennes toujours plus prégnantes.

          La progression de plus de 400 voix, par rapport aux précédentes élections cantonales est encourageante mais demeure insuffisante pour compenser la perte de plus 2000 voix pour les candidats présentés par le Parti socialiste. Elle reste néanmoins la seule progression enregistrée à gauche.

Par leur vote, les électrices et électeurs ont ainsi marqué leur profond désaccord envers la politique menée par le PS.

Après les municipales et les européennes, le message envoyé par les Françaises et les Français est une nouvelle sanction claire et sans appel de la politique conduite depuis 2012. Restera-t-il une nouvelle fois sans réponse ?

          Aujourd'hui le bilan est lourd à la fois sur le département et, pour ce qui nous concerne, sur ce nouveau canton de la presqu'île.

La loi électorale relative au quota des 12,5 %, associée au re-découpage des cantons, induit le fait qu'il n'y aura plus au deuxième tour de candidats de la gauche qui résiste et ne se résigne pas. Pas plus dans notre canton que dans tout le département qui voit disparaître les trois conseillers généraux communistes sortants.

Sans élus du Front de Gauche pour défendre les plus démunis et pour lutter contre la politique d'austérité, qu’en sera-t-il ?

          Dimanche prochain, que chacune et chacun se positionne et décide en son âme et conscience de son acte citoyen.

          Nous ne nous résignons pas et nous combattons la politique gouvernementale faite d'austérité, de régression sociale, de concurrence de tous contre tous, de réduction des dépenses et de l'emploi publics, de privatisation des services publics et de déconstruction des politiques de solidarité.

Nous n'avons rien à attendre d'une droite décidée à aller encore plus loin.

Nous devons combattre la banalisation et la montée du Front national en empêchant l'élection de ses candidats qui portent la haine et la division de notre peuple.

La politique du gouvernement, notre système économique et institutionnel sont à bout de souffle. La démocratie est menacée. Il y a urgence.

          Aujourd'hui les candidats PCF-Front de Gauche appellent tous les électeurs du canton de la presqu'île et bien au-delà encore à une vigilance renforcée. Nous appelons à la mobilisation au quotidien pour rendre aux valeurs de gauche progressistes ses lettres de noblesse et toute sa légitimité. Ne soyons pas résignés !

Une autre politique économique et sociale est possible.

A vous, à nous, Toutes et Tous d'en décider et de s’engager dans cette bataille.

Ambarès, siège du canton

Le 23 mars 2015

Vu les candidats

Adressé à Sud-ouest  le 24 mars à 15h39

Partager cet article
Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:29
Métropole : coup d’arrêt à la mutualisation

Pas de conseil métropolitain ce matin du 20 mars 2015. Sous la pression des quelques 500 agents réunis dans le hall de l’immeuble à Mériadeck, Alain Juppé a été contraint de lever la séance 30 minutes à peine après l’avoir ouverte. Devant l’ensemble des élus, les agents et leur intersyndicale ont répété qu’ils ne sont pas opposés à la mutualisation mais qu’ils la veulent bénéfique pour le service public et pour ceux qui y travaillent. Une attitude qu’a salué Max Guichard, au nom du groupe communiste, appelant le président, le vice-président Anziani et les maires des 28 communes à revoir leur copie.

http://blog.aquit.fr/cubpcf/2015/03/20/coup-darret-pour-la-mutualisation/

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:05
Front de gauche, au niveau du Pays

Avec 9,4 %, la gauche anti-austérité assure ses bases

Alors que le ministère de l’Intérieur lui attribue 6,1 % des voix, le Front de gauche et ses alliés ont refait les comptes et frôlent les 10 % au premier tour des départementales. Avec des résultats contrastés, le rassemblement inédit de la gauche alternative résiste aux vagues bleue et brune annoncées

Les listes soutenues par le Front de gauche réalisent un score de 9,4 % au niveau national. La totalisation des résultats publiés ce matin par le ministère de l'Intérieur rend volontairement illisibles les scores des candidates et candidats présenté-e-s et soutenu-e-s par le PCF et le Front de gauche, avec dans de nombreux cantons un large rassemblement de forces de gauche et écologistes. La réalité de ces totalisations est la suivante : les listes soutenues par notre rassemblement réalisent un score de 9,4 % au niveau national. Le PCF avec le Front de gauche fait plus que résister, il progresse par rapport aux élections départementales de 2008 et 2011. Ces résultats sont un encouragement à poursuivre le travail de rassemblement et d'espoir pour une autre politique à gauche.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:48
Résultats Canton et esquisse d'analyse

Les communistes de Carbon-blanc remercient les 1285 électeurs du canton qui ont apporté leurs suffrages aux candidats PCF FDG. Leurs résultats représentent une progression, certes insuffisante, mais la seule à gauche, à mettre à l’actif de tous ceux qui  se sont mobilisés depuis plusieurs semaines.

Résultat Pcf : 2004 : 687 voix et 4,59%, 2011 : 550 voix et 5,16%,  2015 :1285 voix et 8,20%

Dans le même temps, la droite progresse.

Résultat Droite : 2004 : 2687 voix et 17,94%, 2011 : 1249 voix et 11,71%,  2015 :4730 voix et 30,17%

L’extrême droite conforte son audience.

Résultat Fn : 2004 : 1896 voix et 12,66%, 2011 : 1822 voix et 17,09%, 2015 : 4014 voix et 26,18%

Le parti socialiste, allié aux Verts, dégringole entrainant la gauche au sens large, dans sa chute.

Résultat PS/Verts : 2004 :8137 voix et 54,33%,  2011 : 5672 voix et 53,19%, 2015 :5046 voix et 32,18%

Soit  -21% entre 2015 et 2011 (ou -32 % en tenant compte des verts 11% en 2011).

Ces résultats conjugués à l’abstention massive constituent une sanction des politiques austéritaire et des abandons des engagements de programme présidentiel.

La loi électorale anti-démocratique fait que, seuls, restent en course pour le pouvoir départemental,  le PS et la droite autour de l’Ump.

Il n’y aura donc pas de candidats de la gauche qui résiste et ne se résigne pas dans notre canton, ni d’ailleurs dans le tout le département.

La réforme du territoire et le charcudécoupage des cantons organisée par le gouvernement socialiste a rempli sa mission : écarter les trois sortants communistes. Un tour de force qui va ou qui peut transformer un parti socialiste, malgré son recul, comme le seul représentant la gauche au conseil départemental. En bref, la démocratie hégémonique dans toute sa splendeur car le PS n’est pas la gauche. Au mieux, il n’en est qu’un morceau.

Les communistes appellent tous ceux ceux qui considèrent que la politique nationale du PS envoie le peuple dans le mur, à ne pas désespérer, à transformer leur colère en mobilisation au quotidien et non en résignation.

Une autre politique économique et sociale est possible.

Les voix de nos électeurs ne nous appartiennent pas.  A chacun de de se déterminer en fonction des éléments en sa possession et de faire preuve de bon sens pour décider de son vote le 29 mars.

A chacun de de se positionner dans la lutte au quotidien pour rendre aux valeurs de gauche progressistes ses lettres de noblesse, hors du champ des luttes de pouvoirs et des plans de carrières politiciens.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:47

Les candidats PCF FDG et les communistes de Carbon-blanc remercient les 204 électeurs de la commune qui leur ont apporté leurs suffrages. Ce résultat représentent une progression, quoique insuffisante, mais la seule à gauche, à mettre à l’actif de tous ceux qui se sont mobilisés depuis plusieurs semaines.

2015 :204 voix et 7,86% soit + 89 voix et + 3% comparé à 2011

Dans le même temps, la droite progresse et l’extrême droite conforte son audience.

Le parti socialiste, allié aux Verts, dégringole entrainant la gauche au sens large, dans sa chute.

2015 : 940 voix et 36,22% soit - 525 voix et – 25,70% fourchette basse car sans tenir compte des voix des Verts qui se présentaient séparément en 2011.

Ces résultats conjugués à l’abstention massive constituent une sanction des politiques austéritaires et des abandons des engagements de programme présidentiel.

Un projet de déclaration au niveau du Canton est en cours d’élaboration.

(voir pièce jointe)

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:44
Campagne d'affiches
Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 18:05
Le 22 mars, dans l’isoloir ! Y penser.

Qui ne souhaitent pas se doter d’élus-e-s porteurs de projets répondant à la satisfaction des besoins sociaux ?

Sur le papier et dans les programmes, la main sur le cœur, les engagements ne manquent pas. Tous promettent de faire tout et mieux qu’hier et mieux que l’autre…..sans jamais évoquer -hormis les candidats communistes - la question des moyens dont ils disposeront.

Car la différence ne se fait pas ou ne se fera pas seulement à partir des meilleures compétences ou connaissances comptables capables de gérer l’insuffisance et la baisse des ressources.

Elle doit surtout se faire, certes, au travers des meilleurs choix, mais  surtout dans la capacité et la volonté de lutter contre la politique nationale qui fait de la baisse du cout du travail et de la réduction des charges sociales l’objectif central de la stratégie du capital.

Il n’y a aucun intérêt politique et social à se doter d’élus qui, demain, seront des serviteurs zélés de l’austérité libérale nationale appliquée à l’échelon local ou départemental, martelant l’argument massue «  on ne peut pas faire autrement ».

Là est toute la question que…car en vérité, on peut faire autrement.

Dans notre pays, le travail crée collectivement des milliards de richesses et c’est tant mieux, qui s’accumulent en cercle fermé et étroit et c’est le problème.

Des milliards de richesses qui, transformées en monnaie, servent à payer l’acte de travail des millions de salariés en activité, les actes de travail passés des millions de retraités, servent, au travers de l’impôt, à financer l’investissement public, l’école, la santé, le social etc.

Mais ces milliards servent aussi à accumuler le profit, à rémunérer la rente, le capital, les dividendes, les parachutes dorées, les primes à l’embauche des capitaines d’industries.

Ils servent aussi à verser au Medef et aux grandes entreprises, sans contrôle, les milliards du CICE (crédit d’impôt compétitivité et emploi) 13 md en 2013, 20 md en 2014, puis 21, 22, 23, 24 de 2015 à 2018.

C’est la Dotation globale de fonctionnement à l’envers ; ce que l’Etat « socialiste » retire aux collectivités territoriales, il le donne au patronat.

Ces milliards servent à verser aux banques et institutions financières des milliards d’intérêts de la dette, dette dont on ne sait pas ou mal à quoi elle a servi, qui l’a contracté et auprès de qui. Vite, la transparence !

Ils servent à combler les dettes patronales et leurs fraudes à la sécu, ainsi que les exonérations de cotisations. Ils sont aussi à l’origine de la fraude fiscale de haut niveau et de l’évasion fiscale, qui privent le pays de milliards qui pourraient être utiles à l’économie et au social.

En conclusion, ce n’est pas la masse de milliards qui est le problème, c’est son utilisation st surtout sa répartition. Et ce n’est pas le coût du travail, la cause de la crise ; c’est le coût du capital qui est la cause de leur crise.

Va-t-on arriver à faire entendre et faire partager ce message ? A suivre. mb

Partager cet article
Repost0