Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 11:56
La députée de notre circonscription applaudit le 49-3
Partager cet article
Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 11:39
Prenez la parole !

Vous voulez être entendus. Comme nous, vous en avez assez de voir la parole populaire méprisée, ignorée, trahie.

Le Parti communiste lance une grande consultation citoyenne dans le pays pour ouvrir un grand débat public, faire émerger les exigences populaires, ouvrir des solutions face à la crise. Un grand débat pour donner votre avis sur la France, l’Europe, le monde.

Nous avons tous un bout de la solution. Vos exigences, exprimées et rassemblées doivent former un mandat populaire à rendre incontournable. Donc, à vous d’écrire la politique, à vous la parole !

Le questionnaire, proposé à 500 000 personnes dans le pays est un point de départ. Vos réponses seront synthétisées au niveau national et rendues publiques.

Vous avez peut-être déjà ce document entre les mains. Vous pouvez aussi vous le procurer sur ce lien ou sur le fichier ci-dessous. Nous vous invitons à le remplir et à nous le remettre par l’intermédiaire d’un communiste de votre connaissance. Merci pour votre contribution.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 11:15
Une europe sociale, sinon rien

Brexit : déclaration de la délégation du PCF reçue à l'Elysée

 

Dans le cadre des consultations menées par la Président de la République après le vote du Brexit, la délégation du PCF, dirigée par Pierre Laurent a rappelé son analyse de la situation. La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne est le résultat des surenchères populistes et nationalistes de la droite britannique qui a joué avec le feu. C'est une nouvelle alerte, un désaveu de la construction libérale de l'UE, conséquence des dénis répétés de démocratie depuis le referendum de 2005.

Après ce vote, le risque est grand que les dirigeants européens fuient une nouvelle fois leurs responsabilités et cherchent à faire payer le Brexit aux travailleurs britanniques et européens. C'est l'Europe qui doit changer.

La délégation a clairement signifié que l'heure n'est pas à l'immobilisme mais à la refondation progressiste de l'Europe, jusqu'à l'élaboration d'un nouveau traité centré sur le progrès social et écologique et la lutte contre la finance. Assez de mots, des actes !

Nous avons présenté des propositions concrètes dont la France devrait être porteuse au Conseil Européen :

- Mesures contre le dumping social : suspension des négociations sur les traités de libre échange (TAFTA, CETA, TISA), stopper la mise en œuvre des directives de déréglementation sociale, à commencer par la Loi travail en France, renégociation immédiate de la directive sur les travailleurs détachés.

- Mesures pour sortir de l'austérité : renégociation du traité budgétaire, conférence européenne sur la dette, fléchage des 80 milliards d'euros injectés chaque mois par la BCE sur les marchés financiers vers les services publics et l'investissement public, lutte contre l'évasion fiscale.

Pour refonder l'Europe, les peuples doivent être écoutés et respectés. Le mandat de la France et l'avenir de l'Europe ne doivent plus se décider dans leur dos. Nous exigeons un débat public national et avons proposé une conférence citoyenne, associant tous les partis politiques, les organisations syndicales, les ONG et les associations citoyennes.

A l'issue de ce dialogue avec François Hollande et Manuel Valls, nous n'avons pas le sentiment qu'ils seront à l'offensive pour changer l'Union Européenne. L'angle mort dans l'approche du Président et du Premier Ministre est assurément la question sociale.

Les parlementaires communistes porteront ces propositions dans les débats à l'Assemblée, au Sénat et au Parlement Européen. Nous tiendrons un débat national ouvert à tous jeudi 30 juin « Pour une politique offensive à gauche de la France en Europe ».

Pierre Laurent, Patrick Le Hyaric, Michel Billout, Anne Sabourin, le 24 juin 2016

Partager cet article
Repost0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 21:44

J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé trace, dans la liste des signataires, de la députée de notre circonscription, ni d'ailleurs d'aucun autre député "socialiste" de Gironde. Je crois que je m'en souviendrai.

Loi "travail". M. le Président, "Il n'y a jamais de déshonneur à prendre en compte les aspirations du peuple"

Vendredi, 27 Mai, 2016   Humanite.fr

56 parlementaires PS, PCF, écologistes et sans étiquette ont adressé ce vendredi une lettre au Président de la République pour une sortie de crise. Ci-après texte intégral et liste des signataires.

Paris, le 27 mai 2016

 

Monsieur le Président de la République, 

La France traverse une période de tensions sociales sans précédent alors que la gauche exerce le pouvoir. Nul ne peut se satisfaire d'une telle situation de conflits, d'exaspérations et de souffrances. Cette nouvelle crise était pourtant prévisible. 

Nous n’avons pas cessé d’alerter. Comment s'étonner de cette colère toujours plus vive, des mobilisations qui se multiplient, quand un gouvernement issu de la Gauche et des écologistes, après les débats sur la déchéance de nationalité qui avaient déjà profondément meurtri la France, propose une réforme du Code du travail fondée sur l'inversion de la hiérarchie des normes, et assume de faciliter les licenciements ? 

Comment s'étonner, dans un moment de grave défaillance démocratique, mais aussi de vibrantes aspirations citoyennes, que l'utilisation de l’article 49-3 de la Constitution, dès le début des débats parlementaires, sur un sujet aussi essentiel pour la vie quotidienne que le Code du travail, soit vécue comme un déni de démocratie ?

Ces orientations et ces décisions ne peuvent trouver en l’état une issue positive pour la France. C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, d'agir sans attendre pour que le dialogue s’engage avec tous, et pour la sortie de crise que nous croyons encore possible.

D'un point de vue démocratique d'abord. En tenant compte de l’opposition majoritaire que suscite ce texte en France, à l’Assemblée nationale comme chez une majorité de citoyens et de syndicats. En retrouvant le chemin de l'écoute. En renouant avec l’esprit du Bourget. En cessant de vouloir imposer des dispositions dangereuses et régressives pour les travailleurs, et en renonçant à l’usage de l’article 49-3.           

Sur le fond du texte ensuite. Il est encore temps d’abandonner ces réformes qui inquiètent légitimement et divisent inutilement la gauche, qui flexibilisent et insécurisent l’ensemble de nos concitoyens, pour enfin affirmer des choix, en matière d'emploi et de code du travail en faveur desquels il existe, en France et au Parlement, une majorité à gauche. Oui, nous savons tous qu’une telle majorité existe pour :  

-       le maintien de la hiérarchie des normes et du principe de faveur, pour la mise en place de protections contre le dumping social entre entreprises, des mises en concurrences qui n'auront d'autre effet que de tirer vers le bas les salaires et l’ensemble de notre économie. 

-       des mesures destinées à renforcer le dialogue social, le rôle des organisations syndicales, la présence des salariés dans les conseils d'administration des entreprises, car c’est là aussi un enjeu démocratique majeur. 

-       une sécurité sociale professionnelle ambitieuse. Elle ne doit pas être une  contrepartie à un marché du travail devenu plus précaire et plus flexible mais bien un projet de société, de nouvelles conquêtes sociales pour des parcours de vie émancipateurs. 

-       la mise en place, non pas de mesures éparses mais bien d'un ensemble de nouvelles protections dans l'économie numérique émergente et l'accentuation de la responsabilité sociale et fiscale des plateformes et autres acteurs économiques qui tirent d’immenses profits des innovations technologiques.

-       des dispositions visant à faciliter le partage du temps de travail, véritable enjeu de modernité, essentiel pour lutter efficacement contre le chômage, en rendant notamment plus coûteux, donc dissuasif,  le recours aux heures supplémentaires. 

Notre responsabilité de parlementaires nous conduit aujourd'hui, Monsieur le Président, à vous presser d'agir. Il n'y a jamais de déshonneur à prendre en compte les aspirations du peuple, à faire le choix courageux  de l'apaisement et de la construction collective. Il y a un chemin capable de rassembler en France comme au Parlement.  S'obstiner aujourd'hui à lui tourner le dos fait courir à la France de grands dangers pour son avenir collectif.

 Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre très haute considération,

 

Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne

Brigitte Allain, députée de Dordogne

Pouria Amirshahi, député des Français établis hors de France

François Asensi, député de Seine-Saint-Denis

Isabelle Attard, députée du Calvados

Danielle Auroi, députée du Puy-de-Dôme

Laurent Baumel, deputé d'Indre-et-Loire

Philippe Baumel, député de Saône-et-Loire 

Huguette Bello, députée de la Réunion

Jean-Pierre Blazy, député du Val-d'Oise

Alain Bocquet, député du Nord

Michèle Bonneton, députée de L'Isère

Kheira Bouziane-Laroussi, députée de Côte-d'or

Isabelle Bruneau, députée de l'Indre

Marie-Georges Buffet, députée de Seine-Saint-Denis

Jean-Jacques Candelier, député du Nord

Fanélie Carrey-Conte, députée de Paris

Patrice Carvalho, député de l'Oise

Gaby Charroux, député des Bouches-du-Rhône

André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme

Pascal Cherki, député de Paris

Sergio Coronado, député des Français établis hors de France

Marc Dolez, député du Nord

Cécile Duflot, députée de Paris

Aurélie Filippetti, députée de Moselle

Jacqueline Fraysse, députée des Hauts-de-Seine

Geneviève Gaillard, députée des Deux-Sèvres

Daniel Goldberg, député de Seine-Saint-Denis

Linda Gourjade députée du Tarn

Edith Gueugneau, députée de Saône-et-Loire

Benoît Hamon, député des Yvelines

Christian Hutin, député du Nord

Serge Janquin, député du Pas-de-Calais

Romain Joron, député de la Somme

Régis Juanico, député de la Loire

Jérôme Lambert, député de Charente

Jean-Luc Laurent, Député du Val-de-Marne 

Christophe Leonard, député des Ardennes

Noël Mamère, député de Gironde

Alfred Marie-Jeanne, député de Martinique

Kléber Mesquida, député de l'Herault

Philippe Nogues, député du Morbihan

Christian Paul, député de la Nièvre

Michel Pouzol, député de l'Essonne

Patrice Prat député du Gard

Barbara Romagnan, députée du Doubs

Jean-Louis Roumegas, député de l'Herault

Nicolas Sansu, député du Cher

Eva Sas, députée de l'Essonne

Suzanne Tallard, députée de Charente-Maritime

Thomas Thevenoud, député de Saône-et-Loire

Stéphane Travert, député de la Manche

Michel Vergnier, député de la Creuse

Partager cet article
Repost0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:42
Ni négociable, ni amendable. Retrait du projet.

Ni négociable, ni amendable. Retrait du projet.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 14:11
Je vous invite à une promenade de santé sociale
Partager cet article
Repost0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 14:03

Il y a autre chose à faire que "lisser"

Après avoir fait un constat accablant et réel de la situation financière des collectivités territoriales, créée par l’accroissement des charges, jumelé à la baisse de la dotation globale de fonctionnement, la requête accouche d’une souris. Dommage !!

Le président socialiste du département demande au président socialiste du pays de faire moins souffrir : S’il vous plait, voulez-vous appliquer votre mauvaise médecine sur deux ans plutôt qu’en un ? (faut-il préciser que le début de ce traitement sans résultat a commencé en 2012).

Et pourquoi ne pas suggérer que cessent les exonération des cotisations sociales patronales, que cessent les versements du CICE  qui engraissent les actionnaires, que soit renégocié le poids des intérêts de la dette  qui engraissent les banques et les marchés financiers, que soit renégociée la dette elle-même, voire de  cesser de rembourser sa part illégitime ?

Mon ennemi, c’est la finance, oubliée ???

Oublié aussi le temps ou le conseil général de la Gironde exigeait du gouvernement Sarkozy/Fillon le remboursement des charges indues ???

Il y a autre chose à faire que "lisser"
Partager cet article
Repost0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 13:59
Je vous invite à " la Fête de l'Huma 33 "
Partager cet article
Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 17:10
Qui a voté quoi au parlement européen

Qui a voté quoi au parlement européen

Partager cet article
Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 10:34
Les socialistes du Département font les poches des familles
Les socialistes du Département font les poches des familles
Partager cet article
Repost0